Recommandations

Le top 5 des erreurs à ne pas commettre en randonnée et trek

#ospreyeurope

Un homme sage a un jour déclaré : "c'est en faisant des erreurs que l'on apprend". Alors pourquoi ne pas tirer parti des erreurs d'autrui également ? Nous avons dressé une liste des 5 erreurs de débutant les plus courantes en randonnée et trek, pour que vous puissiez les éviter lors de votre prochaine aventure.

  1. Partir sans carte topographique (autrement dit, “je suis perdu(e)”)

Nombre de sentiers de randonnée en Europe sont convenablement balisés, mais beaucoup aussi ne le sont pas. Qu’importe le parcours que vous prévoyez, veillez à toujours emporter une carte topographique du secteur. Il se peut que vous n’ayez jamais à la déplier, mais pour plus de sécurité et de commodité, avoir une carte sur soi est indispensable. Elle peut servir à :

 

  • Vous ramener sur le droit chemin si vous ratez un panneau ou un tournant, vous évitant ainsi plusieurs heures pour retrouver le sentier
  • Vous aider à calculer le temps qu’il vous reste sur votre circuit. Est-il préférable de remplir les bouteilles d’eau maintenant ou êtes-vous sur le point d’arriver ? Si la nuit va bientôt tomber, faut-il envisager un arrêt à un endroit plus proche ?
  • Vous aider à trouver le point d’assistance le plus proche en cas d’urgence.
  1. Tout emmener (également connu sous le nom de, “c’est trop lourd”)

Emporter trop de matériel constitue l’une des erreurs les plus habituelles chez les novices (et parfois même chez les randonneurs expérimentés). Difficile de résister à la tentation de satisfaire au “si jamais” qui vous travaille en préparant votre sac. Nous avons la solution ! Découvrez une Liste de voyage en sac à dos rassemblant tout le matériel indispensable dont vous aurez besoin. Vous pouvez aussi vous poser ces questions simples pour vous aider à alléger votre sac à dos :

  • Si je laisse cet objet à la maison, cela présente-t-il un risque pour ma sécurité une fois sur le sentier ?
  • Vais-je vraiment utiliser cet accessoire ?
  • Quelle est l’importance de ce gadget comparée à ce qu’il pèse sur mon dos ?

3. Le mauvais temps n’est qu’un détail (également connu sous le nom de, “je n’avais pas prévu cet orage”)

Vous avez allégé votre chargement, il ne pèse rien et vous allez être on ne peut plus à l’aise en portant votre nouveau sac de randonnée. Peut-être serait-il judicieux d’ajouter certains accessoires. L’équipement essentiel que vous devez emporter inclut des accessoires appropriés pour vous protéger des intempéries sur votre itinéraire de randonnée. Parcourez notre Guide de randonnée par mauvais temps et découvrez les suggestions suivantes :

  • Il pleut ? Optez pour une veste présentant un indice d’imperméabilité correct, un pantalon étanche, une housse de sac imperméable, des sacs étanches pour mettre à l’écart vos vêtements mouillés et des chaussettes de rechange.
  • Il fait froid et le vent souffle ? Prévoyez un bonnet, un coupe-vent approprié, une polaire (ou autre couche intermédiaire) et éventuellement une paire de gants.

4. Courbatures et douleurs (autrement dit, “j’ai choisi le mauvais sac”)

Une grande randonnée de plusieurs jours implique certaines difficultés. Vous devrez inévitablement transporter un certain poids jusqu’à votre destination finale. C’est la manière dont vous portez ce poids qui importe. Votre sac à dos doit être conçu pour supporter la charge requise et la répartir efficacement le long de vos hanches, lombaires, dos et épaules. Utilisez notre appli PackFinder pour trouver votre sac à dos idéal et parcourez les quelques informations utiles suivantes :

  • Notre gamme de sacs à dos de randonnée propose divers volumes parfaitement adaptés aux types d’équipements dont vous aurez besoin en séjour itinérant.
  • Le système dorsal s’apparente un peu au moteur du sac. La maille trampoline AirSpeed™ assure une ventilation, tandis que le panneau arrière AirScape™ permet un maintien rapproché du corps pour plus d’aisance. Pour un confort et une ventilation supérieurs, notre système dorsal AG AntiGravity™ primé allie une suspension en trois dimensions à un support lombaire tendu.

5. Sous-estimer les distances (autrement dit, “j’ai surestimé mes capacités”)

Les itinéraires de petites et grandes randonnées sont souvent divisés en plusieurs étapes d’une certaine distance et durée où des endroits pratiques pour faire une pause sont indiqués. Ces étapes sont des recommandations et ne sont pas à respecter à tout prix. Si vous pensez pouvoir mieux profiter de la marche en parcourant 20 km par jour au lieu de 30, faites-le. Mieux vaut avoir des heures à perdre et profiter du parcours que d’avancer à une allure éreintante en n’admirant aucun détail du paysage. Pour vous aider, pensez à :

  • Emporter un guide. Les guides proposent souvent plusieurs longueurs/étapes pour un même itinéraire. Cela vous permet de prévoir votre parcours à votre propre rythme.
  • Préparer votre propre itinéraire. Vous pouvez utiliser une carte ou les services Google sur le chemin et adapter exactement le circuit à vos capacités et envies.

Quelles erreurs en randonnée vous ont aidé à vous améliorer ? Si vous aviez un seul conseil à donner, lequel serait-il ? Commentez ci-dessous !

blogs liés

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

This is not a valid name.

A comment is required.